Nous voilà de retour Lac Namtso. Ce nom en tibétain signifie « lac céleste ». Il est sacré.

187

Depuis toujours, avant même l’arrivée du Bouddhisme au Tibet, les montagnes de cette région étaient des divinités pour les Tibétains. Aujourd’hui encore, les montagnes sont considérées comme des Dieux protecteurs du pays, et le lac Namtso est l’épouse de l’un de ces Dieux.

Un signe du zodiaque Tibétain a été attribué au lac : le Bélier. Chaque année du Bélier, une fête  rassemble sur ses rives les pèlerins. Certains en profitent pour faire le tour du lac à pied. Il faut 10 jours de marche, 1 mois si l’on est accompagné d’un yack portant les bagages, et trois mois si l’on fait les prosternations rituelles. (*)

Le village éphémère où nous avons passé la nuit a été construit de préfabriqués pour les touristes. Je n’en ai pas pris de photos, mais cela n’avait pas de réel intérêt. Les nomades montent sur les pâturages avec leurs troupeaux durant l’été. Quand nous sommes arrivés, ils étaient repartis depuis peu. D’ailleurs, la neige avait commencé à tomber une semaine déjà avant notre passage. Par contre, des constructions en dur, plus anciennes, existent le long du lac, il s’agit de monastères.

157

Nous sommes loin de la magnificence et des tonnes d’or du Potala. Mais comme au Potala, il y a quelque chose dans l’ambiance de ce petit monastère qui témoigne de la ferveur des pèlerins. Cela vient-il du calme, du recueillement, de la douce lumière qui tombe sur les coussins des moines - filtrée par les fenêtres hautes, du sourire paisible des statues ?

174

Bons baisers de Canton,

Les Chinoisiers

155

(*) J’ai trouvé ces renseignements dans un livre des « Editions Littérature Chinoise » de Pékin, édité en français : « Pérégrinations dans le Tibet du Nord » de Ma Lihua.